print
 

Étap’Ado

Un lieu d’écoute pour les 13 à 17 ans.

Une équipe de professionnels propose aux jeunes en situation de crise de poser leurs valises. Objectifs : dépasser la crise, trouver des solutions, renouer les liens avec la famille.

Ici, pas besoin de rendez-vous

À l’accueil, un canapé généreux aux couleurs chaudes, quelques BD étalées sur la table. Un éducateur est là pour les premiers contacts. La disponibilité est immédiate. Nous sommes à Etap’ado, à Pantin, un service d’accueil de jour pour les 13-17 ans, ouvert en 2007. Ce nouveau service de prévention, financé par le Conseil général, est géré par l’association La Sauvegarde (Adsea93) (Association Départementale de sauvegarde de l’Enfant, de l’Adolescent et de l’Adulte). « Depuis un certain temps, l’Aide sociale à l’enfance constatait que 50% des admissions d’enfants confiés au service concernaient des jeunes de 13 à 18 ans. Nous étions amenés à les accueillir dans pour une très courte durée, ce qui nous semblait inadapté. Ils revenaient chez leurs parents sans que la situation de crise soit résolue », explique-t-on au Conseil général.

Ici, on pose ses valises

Des réponses devaient être apportées à ces adolescents, sans pour autant leur proposer une séparation avec la famille. Un lieu d’apaisement, de médiation, où l’on décortique ce qui ne va pas, isolant certains ados de leurs parents quelques jours si nécessaire, mais sans passer par l’autorité judiciaire. Néanmoins, si les parents ne sont pas joignables ou ne sont pas d’accord avec l’accueil de leur enfant, le Parquet est informé de cet accueil à Etap’ado. Or, en mars 2007, la nouvelle loi sur la protection de l’enfance autorise à héberger un jeune durant trois nuits maximum sans l’aval de
la justice. Ce qui facilite la mise en œuvre du projet en Seine-Saint-Denis.

Une structure qui a notamment pour particularité de recevoir les jeunes la journée, sans rendez-vous, et de leur proposer un hébergement trois nuits maximum dans un appartement non loin. Un accueil de nuit qui ne se fait pas sans le consentement des parents. « Un éducateur reste avec le jeune la nuit. C’est un moment souvent privilégié pour libérer la parole », constate Sophie Modier, directrice d’Etap’ado. Ici, on « pose ses valises ». Et les travailleurs sociaux prennent le temps nécessaire pour dénouer les problèmes, dans un accueil individualisé.

Huit éducateurs tournent 7 jours sur 7 et trois autres professionnels travaillent la nuit. « Nous avons également mis en œuvre avec la psychomotricienne une médiation corporelle, poursuit la directrice. Il s’agit de se réapproprier un corps parfois haï à l’adolescence. »

Autre spécificité de la structure, les outils dont se sont dotés les éducateurs à partir de leurs passions. On propose ainsi de la musique, photo, boxe éducative, peinture, du collage… Pas de méprise. Nous ne sommes pas dans un centre culturel. « Avec le collage, par exemple, explique Sophie Modier, l’éducatrice découpe des photos, des mots. Elle propose de choisir un thème. Par l’image, l’adolescent s’exprimera mieux qu’avec l’écrit qu’il ne maîtrise pas toujours. C’est ainsi qu’une jeune fille a réussi à évoquer un papa alcoolique. Le père a vu ce collage, il a réalisé la souffrance de sa fille, ce qui a contribué aux retrouvailles. »

Un éducateur travaille aussi avec son chien, ils se sont formés tous les deux pour cette mission spéciale. Autre temps fort, le repas que l’on prend ensemble. « Le jeune fait les courses avec l’éducateur, prépare le repas. C’est aussi un moment privilégié pour parler. »

Le bouche à oreille

Environ 300 jeunes ont franchi la porte d’Etap’ado. Ils ont connu la structure grâce à un enseignant, un éducateur, des services sociaux… Aujourd’hui, La Sauvegarde espère élargir ce champ d’action en se faisant connaître dans les associations sportives, culturelles, les centres de loisirs. Informer via internet, les affiches, et le bouche à oreille. D’ores et déjà, même s’il est trop tôt pour dresser un bilan, on sait que ce type de fonctionnement a évité bon nombre d’accueils physiques dans l’urgence, prouvant ainsi son efficacité.

Étap’ado mode d’emploi

• Je viens quand je le décide, seul(e) ou accompagné(e), sans rendez-vous. Étap’ado est ouvert 7 jours sur 7 de 9 h à 20 h.

• Étap’ado est un moment de pause dans un lieu accueillant.
L’équipe peut m’aider si je suis en conflit avec ma famille, si je suis en rupture amoureuse, si j’ai envie de larguer mes études, si je suis mal dans ma peau…

• Je suis reçu(e) dès mon arrivée. Je peux partir et revenir un autre jour si je le souhaite.

• La préparation du repas et le repas sont mis en commun.

• Je peux aussi participer à des réunions avec d’autres ados présents.

Étap’ado

23 rue Delizy
93500 Pantin
Tél. : 0800 800 410
Courriel : etapado@adsea93.asso.fr
www.adsea93.fr

À LIRE AUSSI

Projet éducatif départemental

En s’appuyant sur son expertise, ses ressources et en analysant les besoins du territoire, le Département fait le choix d’œuvrer pour la réussite de tous.


Une nouvelle architecture éducative

L’architecture éduque, elle est une marque de respect et un outil au service d’un projet pédagogique et éducatif ambitieux.


723 millions pour le PEI

Un ambitieux plan de construction et de rénovation.


Bilan du plan de relance des modes d’accueil

Adopté en 2008, le plan de relance des modes d’accueil du jeune enfant a atteint ses objectifs, pourtant ambitieux


Pour lutter contre le décrochage scolaire

Drop-In Project associe la Seine-Saint-Denis et la ville d’Istanbul dans une dynamique partagée qui permet d’échanger sur la réalité du décrochage scolaire

0 | 5 | 10

Dans  Jeunesse

Centres de planification familiale

Un lieu pour répondre à vos questions sur la sexualité, la contraception, l’avortement, les IST...


Missions locales

Tout jeune déscolarisé, âgé de 16 à 25 ans et en recherche d’emploi ou de formation, peut s’adresser à la mission locale.


Entrer dans la vie adulte, le guide pratique

Tout savoir concernant les études, la gestion d’un budget etc.


Les talents à l’œuvre

La convention Médias et Diversité signée entre le Conseil général et TF1.


Bourses d’appui aux jeunes porteurs de projets individuels

Appuyer les jeunes dans leur démarche de découverte et de compréhension du monde.


Tête à Tête !

Le Tête à Tête est un espace d’information, d’écoute et de prévention pour les 13/25 ans.


Fonds départemental d’aide aux jeunes

Destiné à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes.