print
 

Rapport sur l’état de la dette

C’est le huitième rapport produit depuis 2010 à l’initiative de l’Exécutif départemental, qui a souhaité faire de la transparence un axe central de sa politique de gestion de la dette.

Ce rapport a pour objectif de faciliter le travail des élus, de permettre à tous de connaître la situation réelle de l’encours départemental et de partager la stratégie de sa gestion.

La gestion de la dette est devenue un enjeu financier majeur du Département. D’une part, parce que les ressources budgétaires se tarissent alors que les dépenses de solidarités ne cessent d’augmenter. D’autre part, parce que plusieurs banques ont vendu au Département, comme à de très nombreuses collectivités territoriales françaises et européennes, des produits financiers dont la toxicité s’est révélée à la faveur de la crise financière de 2008 et dont les intérêts pèsent lourdement sur le budget départemental.

À plusieurs titres, 2014 est une année importante dans la stratégie de gestion de la dette.

En premier lieu, le Département va recevoir livraison de 12 collèges, construits dans le cadre du Plan exceptionnel d’investissement pour répondre aux enjeux du dynamisme démographique de la Seine-Saint-Denis. Cela représente un pic d’investissement de près de 110 millions d’euros cette année, pour lequel le Département va mobiliser de nouveaux financements, dont une part d’emprunt.

En deuxième lieu, la conjoncture économique devrait évoluer favorablement. Les taux d’intérêts devraient rester relativement faibles tandis que la croissance devrait progressivement revenir dans la zone euro.

Enfin, des évolutions sont à attendre dans le dossier des emprunts toxiques avec, en particulier, la création par la Loi de finances pour 2014 d’un fonds de soutien aux collectivités ayant contracté ce type de produits. Dans le même temps, plusieurs contentieux entamés par le Département arriveront à leur terme, dans un contexte judiciaire marqué par des affaires similaires en France et dans le reste de l’Europe.

Dans la gestion de sa dette, le Département cherche par conséquent à répondre à ces différents enjeux : financer à moindre coût, de manière sûre et pérenne, les investissements d’avenir, tout en sortant progressivement mais résolument du lourd dossier des emprunts toxiques.

PDF - 686.5 ko
Rapport complet (.PDF)
Dans  Le budget du Département

CA 2016 : Informations financières essentielles

Le montant des dépenses réalisées en 2016, tous budgets confondus (investissement et fonctionnement), a atteint 2 363,4 millions d’euros, dont 438,5 millions d’euros de dépenses d’investissement et 1 924,9 millions d’euros de dépenses de fonctionnement.


Budget primitif 2017 : Informations financières essentielles

Ce budget traduit les engagements de la majorité départementale pour la Seine-Saint-Denis. Il affiche, sans recours au levier fiscal, un effort d’investissement en progression.


Budget 2017 : préparer l’avenir

Jeudi 15 décembre 2016, l’assemblée départementale de Seine-Saint-Denis a adopté son budget pour l’année 2017. Un budget avec trois priorités : préparer l’avenir, accélérer les investissements et renforcer la solidarité.


CA 2015 : Informations financières essentielles

Le montant des dépenses réalisées en 2015, tous budgets confondus (investissement et fonctionnement), a atteint 2 332,4 millions d’euros, dont 373,8 millions d’euros de dépenses d’investissement et 1 958,6 millions d’euros de dépenses de fonctionnement.


Budget 2016 : Un budget qui refuse toute résignation

Jeudi 10 mars 2016, l’Assemblée du Conseil départemental a adopté à la majorité un budget 2016 qui se caractérise par sa priorité donnée à l’investissement, en dépit d’un contexte rendu difficile par la baisse constante des dotations de l’État.


Le budget 2015 en chiffres

Découvrez l’infographie du budget 2015 de votre Département avec la répartition des recettes et des dépenses pour 2,307 milliards d’euros de budget principal.


Le budget 2015

Continuer à construire l’avenir tout en limitant l’endettement. Telle est la ligne directrice du budget 2015 qui a été adopté le 18 décembre 2014 par 16 voix pour, 12 contre et 12 abstentions.